mercredi 12 mars 2008

La Boulangère et La Liste

Ok ok, commençons par la boulangère... ou l'histoire de comment j'obtiens mon pain quotidien :-)

Une boulangerie iranienne est un peu différente des nôtres, on achète le pain à peine sorti du four (encore chaud ) et l’on file l’argent au boulanger. C’est assez directe, rapide et facile. Or, à l’université, les choses se sont récemment un peu compliquées. Ainsi plutôt que de filer l’argent directement au boulanger, il faut d’abord payer son pain à la caisse dans un petit coin sur la gauche. La caissière te donnera ensuite un petit ticket qui te permet de t’approcher du comptoir du boulanger pour lui demander la quantité désirée de pain. Enfin la chose est supposée se dérouler ainsi… quand on est étranger les choses se passent différemment.

Ainsi la caissière comprend rapidement que tu n’es pas comme « les autres » (et que p.ex. tu pourrais lui fournir des cours d’anglais gratuits) donc elle commence à te sourire, puis après qques jours elle te dit bonjour et puis arrive le moment tant craint…Le moment de « la liste ». Si un jour vous venez en Iran, vous remarquerez que tous les Iraniens disposent d’une même liste : « la liste des questions à poser aux étrangers » :-) Je ne sais pas s’il y a un ministère des « questions à poser aux étrangers », mais je commence sérieusement à le penser.

Alors, je vous offre la redoutable liste, que vous entendrez mille et une fois et à laquelle il faut toujours répondre patiemment et avec le sourire (même quand il pleut et que vous êtes trempés et que vos bras ne supportent plus le poids des courses que vous venez de faire) :

1. D’où viens-tu ?
2. Quel âge as-tu ?
3. Es-tu marié ? (si réponse négative : « Pourquoi ? » , si réponse positive : « Tu as des enfants ? »)
4. Qu’est-ce que tu penses de l’Iran ?
5. Qu’est-ce que tu penses des Iraniens ? (si tu es un homme célibataire la question se transforme en : « Qu’est-ce que tu penses des femmes iraniennes ? »
6. Tu préfères l’Europe où l’Iran ? (ou une variante : « Tu préfères les femmes iraniennes ou les femmes européennes »
7. Tu t’appelles comment ? (parfois omis)

Parfois l’on y ajoute des questions facultatives comme « Quelle est ta religion ? » ou « Que penses-tu de la culture iranienne ? » J’ai déjà pensé à préparer une petite liste de réponses. En le photocopiant et le distribuant je pourrais gagner du temps. ;-)

Ma boulangère, qui m’a fait cet interrogatoire en deux fois (et postposé ainsi l’obtention de mon pain quotidien) a eu une réaction intéressante quand je lui demandais à mon tour (après 7 questions de sa part) son nom. Souriante elle m’a fait : « Pourquoi tu me demandes cela ? Pourquoi cela t’intéresse ? Qu’est-ce que tu veux en faire ? ». Or, je vous garantis que j’ai eu du mal à retenir un sourire… avant de ton donner ton pain, on t’interroge comme si t’étais au commissariat accusé d’un meurtre, mais quand tu poses à ton tour une question banale… c’est encore à toi de te justifier… J’adore :-)

J’ai commencé à l’aimer à démesure quand elle m’a réprimandé pcq je ne lui avais « pas encore » apporté un livre de grammaire anglaise :-) Et tout ça pour obtenir mon pain… Mademoiselle Narguesse était-ce un message « satisfaisant » ?

2 commentaires:

narguesse a dit…

ouiiiiiii.c`etait satisfaisant..:-D
et l`amour de ta vie????

Martine a dit…

Et après la liste de questions, il faut demander "et vous, vous venez d'où?" C'est ce que Mario faisait toujours pendant notre visite, succès garanti.
Mais ce n'est pas seulement en Iran qu'on pose ces questions, c'est universelle. J'étais quand même étonné quand une jeune femme est venue vers moi et quand elle a commencé à poser ces questions. Et après avoir fait la liste, elles sont partis, on a des fois même pas le temps de poser une question. C'était ma frustration.
Martine