samedi 15 mars 2008

Islam et Marxisme?

« Ca fait maintenant deux ans que j’ai quitté la maison, que je vis dans la clandestinité et que j’ai perdu tout contact avec toi. A cause de mon profond respect pour toi et à cause des nombreuses années qu’on a passé en combattant ensemble l’impérialisme et la réaction, je ressens le besoin de t’expliquer pourquoi moi et ma famille adoptée ont décidé d’effectuer des changements majeurs dans notre organisation.

Dés mes premiers jours à tes côtés, j’ai appris comment haïr ce régime sanguinaire et tyrannique. J’ai toujours exprimé ma haine par la religion, par les enseignements militants de Mohammad, d’Ali et de Hussayn. J’ai toujours respecté l’Islam comme l’expression des masses laborieuses combattant l’oppression. Cependant, dans les deux années précédentes, j’ai commencé à étudier le Marxisme.

Avant je pensais que des intellectuels militants pouvaient détruire le régime. Maintenant je suis convaincu qu’il faut se tourner vers la classe ouvrière. Mais pour organiser la classe ouvrière, il faut rejeter l’Islam, car la religion refuse d’accepter la force dynamique principale de l’histoire, à savoir la lutte des classes. Bien sûr, l’Islam peut jouer un rôle progressiste, particulièrement dans la mobilisation de l’intelligentsia contre l’impérialisme. Mais c’est uniquement le Marxisme qui fournit une analyse scientifique de la société et se tourne vers les classes exploitées pour la libération.

Avant je pensais que ceux croyant dans le matérialisme historique ne pouvaient pas possiblement faire le sacrifice suprême vu qu’ils n’avaient pas de foi dans la vie après la mort. Maintenant je sais que le sacrifice suprême que quelqu’un peut faire est de mourir pour la libération de la classe ouvrière. »

Cette lettre a été écrite en 1975-76 par le fils de l’ayatollah Taleghani. Elle montre le vif débat au sein des familles iraniennes, même les plus religieuses, à ce moment révolutionnaire. Une autre expression de la complexité iranienne.

L’ayatollah Taleghani est plutôt méconnu en Occident et cela est fort dommage. Depuis la nationalisation du pétrole sous le gouvernement de Mossadegh au début des années ’50 Taleghani s’est battu avec force contre l’oppression du peuple iranien. Il réussissait à exprimer d’une manière simple, compréhensible et cohérente la souffrance du peuple. Avec Ali Chari’ati il incarnait l’ Islam « de gauche ». La société idéale islamique de Chari’ati était… « la société sans classes ». Où a-t-on encore entendu cela ? Encore aujourd’hui Taleghani est connu comme l’ayatollah qui, après la révolution islamique, avertissait le peuple iranien « d’un retour au despotisme ». Nombreux sont ceux qui regrettent sa mort précoce, peu de temps après la révolution.

Ses fils aussi étaient très actifs dans le mouvement anti-shah. Ils étaient impliqués dans les Moudjahidin du Peuple (qui à l’époque était un mouvement important, pas la secte pro-CIA qu’elle est aujourd’hui). Ils pensaient que le chiisme s’oppose naturellement au despotisme, au capitalisme, à l’impérialisme et au cléricalisme conservateur. En 1975 la direction de ce mouvement rejette l’Islam et fonde le mouvement marxiste Paykar. Cette lettre en était la conséquence. Plus qu'autre chose elle démontre la nécessité d’une analyse équilibrée et nuancée des sociétés musulmanes, où les débats sont tout aussi complexes que dans nos sociétés européennes.

2 commentaires:

Crespin a dit…

fort intéressant!

André

Zakia a dit…

J arrive pas a le croire c est comme si on a fait telepathie, il y a quelques jours encore j ai lu un article "Marxisme en Islam: het syncretisme van Ali Shariati" et je trouver ca super interessant et je pensais encore a t en parler sur ce blog mais apparament tu a lu mes pensees :)